Apple a t-il les moyens de démocratiser la commande vocale ?

Hal 9000
I'm afraid i can't do this...

Comme absolument tous les êtres humains de cette planète sans exception, vous savez forcément qu’Apple a sorti le dernier modèle de son joujou l’ iPhone 5 4S. Et la plus grosse nouveautés de toute, celle qui va nous faire courir dans un Apple Store acheter ce précieux, c’est Siri.

Siri, c’est les débuts de Hal 9000 dans notre vie de tous les jours. Un assistant vocal intégré dans ta poche (essayez pas avec un ou une vrai secrétaire, nan, ça marche pas).

Siri est donc annoncé comme l’aboutissement d’une promesse que l’on nous fait depuis 15 ans et qu’on à vu dans tous les films : la voix pour utiliser son téléphone.

Je redresse les torts tout de suite. Oui, énormément de téléphone ont une fonction d’assistance vocale plus ou moins poussé. Apple n’a rien inventé. Seulement aujourd’hui, Apple et Google (aussi) ont un tel poids dans le secteur du mobile qu’une décision comme celle là pourrait bien transformer le « gadget » en « nouvel interface »

Apple iPhone Siri

Parce que, quoi qu’on dise aujourd’hui, si mon superbe téléphone Android profite d’une interface tactile aussi bien pensé st’un peu grâce a Apple (je vais pas me faire des copains moi…). Apple entamerait-il donc une deuxième évolution dans l’interface homme-machine ? Et ont-il la force nécessaire pour populariser une technologie qu’on nous vante faussement depuis 15 ans ?

Première chose qu’il est nécessaire de bien préciser, Siri est en beta (si si, regardez bien tout en bas, écris en tout petit). Et ça, c’est déjà étonnant pour Apple qui avait l’habitude de, certes, sortir des produits manquant des fonctions de base, mais toujours avec des technologies finalisées. Donc nous jugeons un produit qui n’est clairement pas fini.

Maintenant qu’en est-il dans la vrai vie ?

Is Siri retarded
Tiré du tumblr http://shitthatsirisays.tumblr.com

Chez nos confrères mangeurs de Big-Mac, Siri est en fait plutôt intelligent. Il comprend et réponds à un grand nombre de questions sans trop de difficultés. Mais comme vous vous en doutez, sur notre vieux continent, Siri est un peu plus abruti que là bas. Et ce, pour une raison simple, c’est que les recherches passe par le moteur sémantique Wolfram Alpha qui, avouons le, est tout a fait bluffant. Contrairement a Google, Wolfram Alpha réponds directement a vos questions avec un tas de données plutôt qu’une liste de lien comme fait Google. Mais là, gros hic : Wolfram Alpha ne comprends pour le moment que les questions formulés en langue anglaise. Donc pour avoir des réponses directe à vos questions et non une liste de liens susceptibles de vous intéresser il faut parler avec du pudding dans la bouche.

Pour le moment, l’expérience complète de Siri n’est donc accessible qu’au pays anglophone, ce qui limite grandement l’intérêt chez nous. Et si Siri ne nous permet pas de faire plus que ce qu’on peut déjà faire avec nos petits doigts boudinés, alors Siri restera gadget.

Siri
Désolé, ca partait bien nous deux pourtant...

Mais là ou Apple se doit de frapper fort si il veut faire de Siri une vrai révolution qui nous fera tous passer pour des abrutis a parler a notre téléphone, notre télé ou notre micro-onde, c’est convaincre Mme Michu.

Mme Michu c’est cette dame qu’on connaît tous et qui, face aux technologies, ne pense pas beaucoup plus loin que « une petite partie de solitaire, un peu de traitement de texte et écrire un mail à mes petits enfants ». Ne niez pas, vous en avez tous une dans votre famille ou vos amis ! Derrière ses airs innocent et gentillet, Mme Michu détient un pouvoir extraordinaire. C’est bien à elle que s’adresse Apple avec sa version très simplifiée de la technologie, mais c’est aussi elle qui va faire basculer ou non le marché dans de nouveaux horizons.

Pub Moulinex
Mme Michu était déjà là dans les années 50 !

Et si j’essaie d’oublier mon point de vue d’amateur technophile et que je me glisse dans la peau de la Mme Michu d’aujourd’hui, je ne suis pas prête pour parler à mon téléphone pour lui donner des ordres. Alors qu’Apple a vraiment réussi à prendre une place sur un marché de smartphone simple et directement utilisable (et a donc conquis énormément d’allergique a la techno), la reconnaissance vocale elle, n’est pas encore rentrée dans les mœurs. Les Mme Michu autour du monde sont encore assez réticentes a considérer leurs appareils comme des « êtres » parlant.

C’était mes 2 cents sur Apple et Siri aujourd’hui. On ne peut nier qu’avec ça ils prennent beaucoup de risques et tentent encore de réinventer l’interface homme-machine. Si dans 10 ans on parlent tous à nos machines de façons absolument naturels, alors on regardera sûrement Siri comme le premier pas dans la reconnaissance vocale vraiment intelligente. De plus si quelqu’un a aujourd’hui le pouvoir de démocratiser une nouvelle techno c’est bien Apple, avec un parc de machines et de fidèles énorme.

L’iPad nous montre aussi, que peut être, le toucher est un sens plus primaire, plus naturel que la voix…

Publicités
Apple a t-il les moyens de démocratiser la commande vocale ?

7 réflexions sur “Apple a t-il les moyens de démocratiser la commande vocale ?

  1. Spooky dit :

    Alors, vu ça sera jamais une nouvelle étape, c’est juste une application, rien de bien neuf, et ça repose beaucoup sur Wolfram pour analyser les mots, et pour comprendre la voix. Et commander à la voix c’est peut être joli tout plein ça fait trop kool, patin couffin, sachant que c’est déjà chiant de taper des formules avec un clavier ou encore des textes avec le doigt, alors imaginons à quels points on est loin encore de quoi que ce soit d’une utilisation autre que gadget de ces bidules. Le progrès technologique est surement pas à attendre de chez Apple mais des universités et des petites entreprises qui font des recherches sur l’analyse vocale, syntaxique, patin couffin. Et on est aussi proche du jour ou l’assistant vocal sera plus simple à employer que le clavier que le jour ou les ordinateurs quantiques seront d’utilisé par madame Michu. En attendant, on donne juste des technologies avancées à des gens qui n’ont pas la moindre idée de comment elles fonctionnent, et qui au final n’améliorent pas tant que ça leur vie.

    1. Bah bien sûr, ce que tu racontes là c’est l’histoire de la technologie depuis ces débuts. Les grosses boites s’inspirent, volent, ou achètent les technos des entreprises et universités qu’on vend au grand public.
      Mais c’est comme ca que ca se démocratise pour 90% de la population. On est entouré d’outils surpuissant dépassant bien notre entendement et nous ce qu’on préfère faire c’est jouer a lancer des petits oiseaux sur des cochons. Mais qu’est ce que tu veux, c’est toute l’histoire de l’informatique ça, l’innovation n’est reconnu que lorsqu’elle est rendu accessible au grand public. Réelle innovation ou pas ca n’a pas d’importance

  2. Spooky dit :

    Faux ET cliché.

    Prenons l’exemple facile de la révolution micro: les deux entreprises qui l’ont faites, si on excepte Intel et ses puces, c’est Microsoft et Apple, deux compagnies qui n’étaient rien et qui au final se sont retrouvées celles qui ont, certes en truandant (Xerox notamment pour l’interface graphique) mais avec une bonne dose d’innovation quand même qui ont changé globalement le mode de vie du monde occidental, alors que la grande entreprise, IBM, même si elle a fait des bonnes ventes au début avec l’IBM-PC, a complétement raté le coche. Donc c’est pas toujours les grandes entreprises qui font vraiment l’innovation technologique.

    Au contraire, l’innovation est quelque chose que les grandes entreprises ne savent pas faire. Pourquoi? Parce que bien souvent innovation=coup de chance. On peut pas toujours savoir ce qui va marcher et ce qui va se casser la gueule commercialement, et le risque, les investisseurs aiment pas ça. Certes Apple a une forme d’innovation dans sa culture d’entreprise MAIS c’est très relatif et ça risque de partir très rapidement.Et même il s’agit avant tout d’innovations commerciales de type « user friendly » et non d’innovations technologiques, et toute personne étant un tant soit peu attiré par l’innovation technologique devrait rejeter cette forme.
    Il ne s’agit pas d’améliorer la technologie et de faire évoluer les choses, mais purement et simplement de vendre. A ce stade là, c’est mettre au même étage toute la technologie informatique et électronique au même plan que les appareils ménagers de tata michou, du genre la cuisine tout en un.

    Si j’ai déjà un problème avec le fait d’encourager la société de conso, j’ai encore plus de mal quand on détruit des rêves de gosses de générations à des gadgets. Et non, contrairement au mythe absolu, on est pas oooobligé de passer par les masses bêêêlantes pour réaliser des améliorations technologiques viables. Un exemple est les super-ordinateurs, qui sauf erreurs sont très très très très très peu ouverts au public et qui pourtant ne cessent de s’améliorer.
    Dans le même genre, les distrib’ Linux évoluent pas mal, les ordinateurs quantiques ne seront jamais probablement dans les salons de madame Michou, et ils seront probablement peu utiles au commun des mortels mais pourtant des gens bossent dessus depuis bientôt 20 ans, patati patata. Les conjectures mathématiques à prouver, même si elles semblent complètement sans applications, y a toujours des gens qui passent leur vies dessus. L’innovation n’est pas pour le public, pour la masse, c’est avant tout une idée de progrès, d’une avancée. Et si on doit faire approuver le progrès par les masses, vu leur incapacité globale à comprendre la technologie, alors, on avancera jamais.

    De plus donner des outils à des gens qui ne les comprennent pas c’est purement du gâchis. C’est exactement comme l’user friendly. Y a un moment ou ça peut être utile dans l’apprentissage d’avoir un truc qui permet d’avoir une courbe de difficulté permettant de s’accrocher, mais faut aussi savoir arrêter de cajoler les gens, comme dans l’éducation, du reste, au lieu de cajoler et d’essayer de capter l’intérêt de gens qui s’en fichent ou qui ne peuvent pas le comprendre, il vaut mieux investir dans l’amélioration des technologies, et dans des systèmes pour apprendre aux gens qui sont intéressés.

    Et s’pas parce qu’un système existe et qu’il est mauvais qu’on doit l’accepter. C’est même de la lâcheté mêlée de fainéantise et d’hypocrisie que de ne pas le faire et de ne faire que constater avec fatalisme ce qui est. D’autant que c’est moins ceux qui est que ce qui parait. Apple est pas la seule sur le marché, et les autres sont pas tous des boulets nah plus.

    Nalaaaaa.

    1. Le Gris dit :

      Je ne vois pas en quoi vos raisonnements sont contradictoires, chacun de vous ayant des arguments complémentaires.

      Certes l’innovation est souvent le fait de petits génies en marge de la société (l’arrivée au pouvoir des geeks n’est que très récente), mais pour sortir des garages de maman ou des sous-sols du MIT (usine à innovation, soit dit en passant), il faut de l’argent. Même pour les super-ordinateurs. Même si l’innovation en question n’est pas destinée au grand public.

      Les Etats (souvent par le biais de leur armée) financent bon nombre de ces recherches über-pointues (je ne pense pas que le camouflage optique/invisibilité soit hyper grand public). Parfois, un investisseur ou une entreprise flaire le filon et va supporter l’innovation pour en tirer un profit en visant sa démocratisation. Parfois même, une entreprise suffisamment puissante va financer un service R&D en interne pour s’assurer la paternité d’une future innovation (et donc faire plus d’argent si ça fonctionne mais en ayant pris un certain risque).

      L’innovation et la démocratisation de cette innovation sont, donc, deux choses distinctes. La commande vocale est une innovation et Siri est une tentative de la démocratiser. Point.

      Alors maintenant, vous vous calmez et vous allez faire vos devoirs !

      1. Spooky dit :

        Merci, Captain Obvious.

        Alors, déjà, pour les diplômés d’université, dans pas mal de cas ils sont recrutés par des labos plus ou moins liés à leur université, et même si ces labos sont fondés par des entreprises, elles restent avec un contrôle relativement faible sur ce qui se passe à l’intérieur, ou y a en fait une recherche réelle d’innovation. Donc, rien à voir avec l’innovation commerciale du genre d’Apple. Et ils sont à la base d’une grande part de l’innovation technologique. L’autre part, dans des domaines qui demandent moins de ressources, peut être lié à des gens complétement isolé ou à des petites entreprises.

        Le problème de l’argent existe, certes, pour financer les recherches dans ces deux cas là, mais d’où qu’ils tirent leur financement, c’est eux qui font les choses et qui innovent, le contrôle des financiers sur leur travaux ne conditionne en général pas la qualité du produit finis, les investisseurs prennent un risque en aidant ces travaux, et ne peuvent espérer utiliser qu’un produit terminal, ils ont donc tout intérêt à ne pas aller contre ceux qu’ils fondent.

        Enfin, effectivement, les grosses entreprises savent parfois piffer l’innovation, mais à l’image de Xerox, IBM, ou d’un tas d’autres, c’est souvent pas compris par la hiérarchie et poubelle. C’est très rare, et quand ça arrive, ils ont tendance à entourer ce qu’ils font de tas et de tas de barrières légales, ce qui fait que si quelqu’un à une idée pour améliorer le produit et qu’il bosse pas pour la compagnie (parfois même si il bosse pour la compagnie), ça reste impossible à faire.
        Même il existe des exceptions qui ont une culture d’entreprise basée sur l’innovation, elles restent très très rares, et progressivement, évitent les prises de risques, devenant comme la grande bleue. Donc l’innovation n’est vraiment pas à attendre des grandes entreprises du genre Apple, encore moins de révolutions. L’exploitation commerciale de ces innovations, ou démocratisation puisque vous voulez tant salir le mot, est par contre éventuellement dans leur domaine de compétence. Mais encore, de même que personne n’a vu venir Apple et Microsoft dans le passé, rien ne nous dit que ce n’est pas de petites entreprises qui le feront et mieux que ces grandes entreprises.

        Et c’est justement parce que l’innovation et la démocratisation sont deux choses entièrement distinctes que je tape sur une partie de ce qui a été dit, comme:

        « C’était mes 2 cents sur Apple et Siri aujourd’hui. On ne peut nier qu’avec ça ils prennent beaucoup de risques et tentent encore de réinventer l’interface homme-machine. Si dans 10 ans on parlent tous à nos machines de façons absolument naturels, alors on regardera sûrement Siri comme le premier pas dans la reconnaissance vocale vraiment intelligente »
        « Seulement aujourd’hui, Apple et Google (aussi) ont un tel poids dans le secteur du mobile qu’une décision comme celle là pourrait bien transformer le “gadget” en “nouvel interface”
        « Apple entamerait-il donc une deuxième évolution dans l’interface homme-machine ? « 

  3. Spooky dit :

    PS: En fait, j’aime surtout pas la neige qui tombe sur ce blog, ça m’enerve. Et puis j’ai du regarder Sisi l’impératrice.

  4. Je ne comprends pas bien, quel est le point de discorde ici ?

    On parle d’innovation technologique et d’accessibilité au grand publique. L’innovation vient d’ou elle vient (dans le cas de Siri, d’une boite qui s’est plus tard fait racheter par Apple) mais globalement ces progrès sont invisible aux yeux du grand publique tant qu’on ne leur tend pas des solutions toute prête a utiliser.

    Bien sûr que l’innovation peut venir de n’importe où, mais il faut réaliser que dans le monde dans lequel on vit on apppelle »innovation » c’est quelque chose qu’on nous propose pour faciliter notre vie. Les progrès sont constant et ne vienne que très rarement des grandes boîtes. Rien n’aurait été fait sans Dennis Ritchie et pourtant il est mort dans l’indifférence presque total face au gourou Jobs. Les supers ordinateurs et autre sont des magnifique machine qui regorge de possibilités et qui nous facilite la vie de tous les jours seulement personne ne sait qu’ils sont là, à part cette frange de la population qui sait différencier « innovation » et « marketing » .

    Tout le monde connaît la marque de sa voiture mais personne ne sait qui a fait les routes aujourd’hui, qui a rendu possible tout ça. Jamais je ne parle d’Apple comme grand innovateur mais que cela nous plaise ou non c’est elle qui impose les nouvelles technos dans le monde d’aujourd’hui (avec d’autres mais elle serait très nombreuses pour toute les citer).

    Donc oui je m’accorde avec toi pour dire que l’innovation ne viens peut-être pas aujourd’hui des boites que l’on connaît le plus, mais faut bien voir que les évolutions sont souvent dépendante du marketing qui les accompagne, dû a la méconnaissance des gens dans le domaine.

    Mais là ca part dans tous les sens il faudrait avoir des débats sans fin sur les brevets technologique, l’éducation de la population et la culture d’entreprise.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s